Garde alternée : comment trouver un équilibre ?

Garde alternée : comment trouver un équilibre ?

Blog Humeurs

Dans la vie de tout couple, il arrive des moments où les conjoints sont en désaccord. Lorsque la mésentente devient perpétuelle et irrémédiable, la séparation de corps ou divorce est alors la meilleure solution. Toutefois, cette rupture n’est pas simple lorsque le couple a un ou plusieurs enfants. Il se pose notamment la question de leur garde, la solution retenue étant souvent la garde alternée. Toutefois, la mise en pratique de ce mode de garde bute souvent sur des difficultés. Parce que la résidence de votre enfant alternera entre votre maison et celle de votre ex-époux ou ex-épouse, il vous faudra trouver le juste équilibre. Nous vous donnons ici quelques conseils pour que cela se passe au mieux.

Comprendre le principe de la garde alternée

On a parfois recours à la garde alternée (ou résidence alternée) suite à la séparation ou au divorce du couple. Une réforme du Code civil, introduite par la loi du 5 mars 2002, permet de fixer la résidence de l’enfant au domicile de chacun de ses parents. Le principe de garde alternée est que l’enfant habite de temps en temps chez chacun de ses parents. Il change alors de résidence régulièrement selon un planning précis. Le séjour en alternance peut être de quelques jours, d’une semaine, d’un mois, d’un trimestre, etc. Ainsi, l’enfant vivra concomitamment avec ses deux parents jusqu’à un certain âge. Rappelons que la loi ne définit pas précisément les modalités de l’alternance de résidence. C’est le juge qui tient compte de différents facteurs et surtout de l’intérêt de l’enfant pour indiquer comment devra se passer la garde.

Pour bénéficier de la garde alternée, comme pour sauvegarder globalement vos intérêts et ceux de votre enfant lors du divorce, vous devrez avoir un avocat. Veillez tout de même à faire appel à un avocat spécialisé dans les séparations et dans le droit de la famille. Sur le site Avocat-Pau-Lacassagne.fr, vous pourrez entrer en contact avec un avocat qui saura répondre à vos attentes. Lorsqu’il s’agit d’un divorce par consentement mutuel, la résidence alternée fait souvent l’objet d’un accord entre les deux parents, contresigné par leurs avocats ou homologué par le juge. La minute de cet accord doit être déposée auprès d’un notaire. En cas de désaccord ou à la demande d’un parent, le juge peut ordonner la garde alternée provisoire.

Garde alternée : comment trouver un équilibre ?

Définir les modalités de la garde alternée dans l’intérêt de l’enfant

Pour trouver un équilibre dans le cadre de la garde alternée, il faut établir un rythme. Les parents peuvent vouloir une alternance de résidence équitable, c’est-à-dire que chacun aura sous sa garde l’enfant pendant le même nombre de jours que l’autre. Mais cette modalité peut impacter le bien-être de l’enfant. Par exemple, un bébé est généralement plus attaché à sa mère qu’à son père, surtout si celle-ci allaite. On ne saurait donc décider d’une garde alternée équitable pour cet enfant. Toutefois, au cas où le parent d’attachement du nourrisson serait le père, les deux ne devraient pas être séparés trop longtemps. Quand il s’agit d’un bébé, l’avantage est donc accordé au parent auquel l’enfant est le plus attaché.

Rappelons que pour son développement psychosocial, le petit enfant a besoin d’un environnement familial stable. Alors, même si la garde revient au parent d’attachement, le second parent ne doit pas être totalement absent de sa vie. Il doit lui rendre visite assez souvent, car c’est ainsi que l’enfant et son second parent créeront un lien familial. Précisément, on peut commencer à mettre en pratique la garde alternée lorsque l’enfant a atteint un âge auquel il est en mesure de s’éloigner un tant soit peu de son parent d’attachement. Aussi, les domiciles des parents ne devraient pas être trop éloignés l’un de l’autre. L’idéal est qu’ils se trouvent dans la même ville ou dans le même département, l’idéal étant bien sûr le même quartier.

Généralement, pour les enfants de plus de 6 ans, on adopte la modalité de garde alternée la plus connue : l’enfant passe une semaine chez chacun des parents. Cependant, ce rythme peut être modifié en fonction de la personnalité de l’enfant. Pour ce qui est d’un enfant en période d’adolescence, en accord avec lui, les parents peuvent définir des séjours d’un et même de plusieurs mois chez chacun d’eux.

Parler de la situation avec l’enfant si possible

La séparation ou le divorce des parents a incontestablement des répercussions sur l’enfant. La fracture de la cellule familiale, le déménagement, le changement d’école et la séparation d’avec ses amis sont des conséquences qui le touchent directement. Alors, quand les parents débattent de la garde de l’enfant, il est important qu’ils en parlent avec celui-ci, s’il est en âge de comprendre. Pour ce faire, les parents doivent lui expliquer avec des mots simples qu’ils ne sont plus ensemble, mais que chacun d’eux s’occupera toujours de lui.

En outre, pour trouver un équilibre dans l’exécution de la garde alternée, les parents doivent considérer les désirs de l’enfant. L’enfant peut décider de passer plus de temps avec un parent qu’avec l’autre, peut-être pour voir plus souvent ses amis. En prenant en compte l’avis de l’enfant, vous éviterez de le frustrer et assurerez ainsi une alternance de résidence qui va dans son intérêt.

Garde alternée : comment trouver un équilibre ?

S’entendre avec son ex-conjoint(e) sur l’éducation de l’enfant

Bien qu’ils ne soient plus ensemble, les parents doivent être d’accord sur l’éducation de leur enfant. Ils doivent s’entendre sur les valeurs à lui inculquer. La garde alternée ne doit donc pas immerger l’enfant dans deux mondes différents. Les règles au domicile de la mère ne doivent pas s’opposer à celles établies chez le père et inversement. Les deux parents doivent aussi discuter en vue de ne pas prendre des décisions contradictoires concernant l’enfant. À titre d’illustration, si un parent dit à l’enfant qu’il aura son premier smartphone à 14 ans, l’autre ne doit pas lui promettre qu’il l’aura à 12 ans.

De même, chacun des deux parents doit s’impliquer dans l’éducation de leur enfant. Si le père ou la mère a l’habitude d’aller déposer l’enfant à l’école, de l’emmener au sport ou en balade, l’autre parent doit en faire autant. Par ailleurs, même sous votre garde, vous devez permettre à votre enfant de discuter par téléphone avec son père ou sa mère s’il le désire. Pour équilibrer la garde alternée, vous devrez accorder une place à l’autre parent même lorsque l’enfant séjourne chez vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *